Bonnes pratiques des transactions immobilières

bonnes pratiques transactions immobilières

Quand on s’apprête à acheter un bien immobilier, que l’on ait recours à un spécialiste du courtage ou non, il est nécessaire de respecter quelques bonnes pratiques de manière à ce que la transaction immobilière se passe de la meilleure des manières. Aujourd’hui sur le blog courtier Lille nous vous proposons de voir quelques principes simples pour faciliter les échanges d’une part et réaliser les choses en bonne et due forme d’autre part. La  liste des principes qui suivent ne saurait être exhaustive mais nous allons nous attacher à traiter les points prioritaires.

Avoir une idée réaliste du prix du bien

Première chose pour faire en sorte que les échanges entre un acheteur et un vendeur puissent aboutir, avoir d’un côté comme de l’autre une idée réaliste de la valeur du bien immobilier. Si du côté de l’acheteur on est souvent conditionné par une enveloppe potentielle, soumise à un prêt immobilier ou non d’ailleurs, du côté du vendeur, un bon moyen pour avoir une idée précise de la valeur de votre bien immobilier qu’il s’agisse d’une maison, d’un appartement ou autre consistera à contacter plusieurs agences immobilières. En en contactant plusieurs et en ayant des estimations et des fourchettes de montant des unes et des autres, vous aurez une meilleure idée du prix de vente que vous pouvez obtenir et de celui en dessous duquel vous pouvez faire preuve de fermeté. Côté acheteur, il faut faire preuve de bon sens et consulter des annonces similaires sur les sites des agences immobilières pour ne pas vous rendre compte d’emblée en poussant la porte d’un bien qu’il sera nettement au-dessus de vos moyens.

Mettre son bien en valeur

Côté vendeur et pour pouvoir valoriser au mieux votre bien immobilier, il faudra le mettre en valeur. Tous les moyens sont bons pour cela sachant que comme dans beaucoup de domaines, la première impression joue un rôle essentiel. À vous donc de la rendre la meilleure que possible et faire en sorte que les acheteurs potentiels soient fortement intéressés et se bousculent au portillon, vous serez ainsi en position de force pour pouvoir négocier avec eux.

Négocier en bonne et due forme

Côté vendeur comme acheteur, il est nécessaire de négocier en bonne et due forme. Respecter un certain formalisme sera toujours gage de sérieux et d’implication pour que la transaction se passe au mieux. Rester maître de la négociation autant que possible tout au long de celle-ci jouera une part importante du montant que vous réussirez à obtenir au moment de finaliser la transaction immobilière. Côté acheteur, vous faire aider d’un courtier en crédit sera le meilleur moyen de gagner du temps et d’obtenir un taux avantageux pour votre crédit immobilier, vous permettant de focaliser votre attention à vous sur le bien convoité. Côté vendeur, si vous n’êtes pas à l’aise avec la négociation vous pouvez vous astreindre à passer par une agence immobilière mais cela représentera un manque à gagner pour vous si vous arriviez à vendre votre bien au même prix que celui de l’agence immobilière en passant en direct de particulier à particulier.

S’accorder sur le dossier de diagnostic technique

Dernier point, au moment d’une transaction immobilière, le vendeur doit transmettre à l’acheteur un dossier de diagnostic technique complet. En son absence, l’acheteur peut par la suite invalider la vente. De coutume, c’est le vendeur qui paye la partie relative au diagnostic immobilier en se tournant vers un expert en la matière, sachant qu’à Lille par exemple, vous pouvez vous adresser à Eti-Diag. Il faut savoir qu’il n’y a aucune obligation que ce soit effectivement le vendeur qui paye et ce dernier pourra tout à fait refuser de réaliser un nouveau dossier de diagnostics techniques si vous en souhaitez un plus récent que celui qu’il a à vous fournir s’il est toujours en vigueur. Le cas échéant, vous pourrez toujours vous accorder pour partager les frais.